L'histoire

Modérateur : Kuma

Répondre
Avatar du membre
Shiany
Site Admin
Messages : 2774

L'histoire

Message par Shiany » lun. oct. 30, 2017 9:31 pm

Image

Il y a longtemps, très longtemps de cela, les dieux créèrent leur descendance mortelle. Histoire et légende racontée dès l'enfance et qui berce l'âme de ceux qui ne peuvent qu'y croire. La création de ce monde entre leurs mains et de la vie de nos ancêtres. Einhasad et Gran Kain créèrent le monde et bien au delà de cela. Ils engendrent cinq enfants divins dont Shilen et Pa'agrio sont les aînés. Chacun d'eux hérita d'un talent particulier et du droit de créer une vie.

Shilen, déesse de l'eau, créa les elfes. Créature à la peau pâle et aux traits fins, pouvant vivre des siècles et s'abreuver de connaissance. Leur octroyant sa grâce et son amour de l'eau. Maphr créa les nains, créature aux milles talents, capable de prouesses devenus légendaires, maniant les métaux et les pierres précieuses comme personne, leur octroyant le pouvoir de la terre. Paa'grio créa les orcs, force de la nature, forgé par les flammes. Leur tempérament fougueux et leur robustesses n'ont rien a envier à quiconque. Il leur fut offert le pouvoir des flammes. Eienhasad insuffla la vie aux géants, créatures presque divines, ils étaient les sages parmi les sages. Sayha, dieu du vent et Eva, déesse des arts s’abstinrent de donner la vie a ce moment.

Gran Kain se révéla incapable de donner la vie, la destruction étant l'opposé de la création. Et c'est en usant de ce qu'il pu récupérer des restes des créations de ses enfants qu'il créa les humains. Des créatures sans magie, éphémère et fragile, une terrible déception. Qui aurait dit que cette race aurait pu perdurer dans le temps.

Tandis que notre monde prenait peu à peu ses aises, les géants voyant les autres créatures des dieux conquérir peu à peu ce monde furent en un premier temps fort sage et les aidèrent. Mais devant le manque de reconnaissance, ils voulurent créer la vie eux aussi. Einhasad en eu vent et entra dans une terrible colère, usant du marteau de son époux, elle détruisit la majeure partie des créatures à qui elle avait donnée la vie. Tous auraient trépassés si Gran Kain n'était venu récupérer le marteau de la destruction et que Maphr n'avait pas suppliée sa mère de cesser ce massacre.

Nul n'entendit plus parler des géants durant cette ère qui fut secoué par un drame familial hors du commun. Les dieux ne sont pas tenus par les même obligations morales que nous. Certains dirons que Gran Kain aura séduit sa fille et l'aura engrossé, d'autre dirons que c'était un viol, d'autre encore que c'est Shilen qui l'a séduit. Difficile d'imaginer une déesse plier sous la force d'un dieu, la version la plus plausible est que tout simplement c'était d'un commun accord. Ce qui ne fait nul doute, c'est que Shilen se retrouva enceinte. Causant de nouveau la colère d'Einhasad qui ne supportait pas de voir sa fille créer la vie alors qu'elle le lui avait interdit. Les elfes auraient du lui suffire !

Celle ci n'attaqua toutefois pas sa propre fille et se contenta de la bannir en notre monde après lui avoir retiré ses pouvoir divins. Offrant les elfes et la magie de l'eau à sa plus jeune fille, Eva. Pour certains cette déesse reste mineur car déesse des arts à la naissance, mais nul n'a guère envie de goûter le métal de sa lance pour le lui faire comprendre. Guerrière, chez elle, l'eau représentant plus le torrent que le ruisseau calme. Chaque pièce à deux facettes, il serait de bon ton de ne jamais l'oublier sous peine d'en périr avant l'heure.

C'est ainsi que Shilen se retrouva seule dans le noir, sans pouvoir autre que celui de ses enfants à naître. Ceux ci lui octroyèrent une partie de leur pouvoir pour qu'elle puisse rester en vie et les aider à naître. Les elfes qui avaient continuer de croire en elle, priaient nuit et jour à en tomber d'épuisement. Il était clair que ça ne serait pas suffisant, Gran Kain choisit alors les plus doué des humains et les envoya aider ces elfes. La puissance des prières fut telle que lors de la délivrance, Shilen redevins une déesse, mais cette fois de la mort, du Purgatoire et du destin, elle qui avait su se forger une nouvelle destinée. Pas seule certes et elle ne l'oublia jamais.

La magie noire comme la rage qui souflait en elle balayant les elfes et les humains, changeant à jamais la face du monde. Les elfes virent leur peau s'assombrir, pour beaucoup leur cheveux devenu aussi blanc que de la neige, ceux qui avaient décidé de ne pas abandonner leur créatrice devinrent des Elfes Sombres. Les humains quand à eux subirent un choc, de créature faible et sans magie, ils devinrent des Kamaels. Maitrisant la magie des âmes et une puissante magie noire.

Shilen engendra les Dragons, puis les démons et dans sa rage elle déclencha la guerre des dieux. Les démons se répandirent sur le monde pour punir ces êtres qui n'avaient pas aidé leur mère tandis que les dragons s'attaquaient aux dieux. Valakas combattit Paagrio non loin de la cité que nous appelons Aden, il n'en résultat qu'un marais de lave et de flammes avant que Valakas ne trouve refuge plus au nord. Antaras combattit Maphr non loin de la cité que nous appelons Giran avant de trouver refuge dans une grotte. Fafurion combattit non loin de Heine avant d'y disparaitre de la même façon. Eva en profitant pour venir se heurter aux démons qui mettaient à mal la populace mortelle de la pointe de sa lance. Fléau divin qui sauva plus d'une vie et qui donna un courage nouveau aux elfes. Lindvior lui s'en pris a Sayha dans un combat sans merci, parait-il qu'on lui doit les labyrinthe de glace.

Si Halphas s'occupa de Gran Kain, Aurakia refusa tout bonnement de participer à ce massacre. Étrangement c'est ce qui les sauva, Einhasad ne tardant pas a bannir les dragons dans un endroit que nul ne connait. Il y a bien eu des légendes, mais aucune preuve pour étayer celles ci.

Shilen, dorénavant au Purgatoire, reprenait des forces et avait rappelés ses démons pour ne pas voir tous ses enfants périr. Pleurant ses enfants tombés ou bannis.

Avatar du membre
Shiany
Site Admin
Messages : 2774

Re: Ébauche

Message par Shiany » lun. oct. 30, 2017 9:33 pm

Image

Tandis que les créatures des dieux apprenaient la vie en communauté il eu l’émergence de villages, puis de cités. Un clan d'orc et d'elfe érigèrent une cité de glace au nord du continent, mieux connu sous le nom de Schuttgart. La robustesse des orcs alliant la finesse des elfes en a fait une cité aux teintes féeriques ou souvent fut choisit la future Reine des Glaces. Perdant traditionnellement son nom pour endosser le nom en même temps que le rôle. Goddard, la cité blanche ou les paladins font la lois et ou même les anges s'arrêtent parfois. Oren, la cité des milles et une invention, Aden la belle et même le Bazar de Giran.

D'autres lieux devinrent un peu plus dangereux, une famille noble du nord fut surprise à passer un marché avec un mage noir renommé et fut condamné à passe le reste de l'éternité en tant que non vivant. Les Von Hellman se séparèrent en plusieurs branche, plusieurs perdirent la raison au fond des bois, d'autres se civilisèrent et construisirent Rune. Ce fut Marckarius Von Hellman qui créa officiellement la Cité Vampirique de Rune et qui aida à mettre en place une école de magie. Non sans raison car après l'avoir financé, celle ci l'aida à faire s'étendre un sceau magique au dessus de la ville. Permettant aux vampires de s'y promener même en plein jour. C'est aussi à lui que reviens la découverte de l'étrange bâtiment que survolent les dragons non loin de la cité Vampirique. Toutefois, personne ne sut s'approprier la gloire de la création de l'endroit.

Cette école de magie perdura et la Tour d'Ivoire s’éleva au fil des années, elle a vu aussi naître l'annexe de l'académie d'Hardin suite à quelques bévues de mages noires qui prouva que certaines expériences valaient mieux d'être tentées hors de ces murs. C'est d'ailleurs dans cette tour que fut formé celui qui déclencha beaucoup de chose. Qui ne connait pas le nom de Beleth ? Élève studieux et attentifs, il s'empara de beaucoup de travaux sur les portails, la téléportation et la magie des géants. Beaucoup disent qu'il savait voyager dans le temps et entre des mondes, mais peu y croyaient au fond. Peut-être auraient-il du prêter attention aux racontars car telle était la vérité.

Avatar du membre
Shiany
Site Admin
Messages : 2774

Re: Ébauche

Message par Shiany » jeu. févr. 08, 2018 3:05 pm

Image

Il fit entrer de ses agents dans plusieurs petits villages pour un plan de grande envergure, personne n'aurait pu prévoir la suite des événements. Massacrant le Seigneur Grindel et faisant torturer le Seigneur Zord Crowl jusqu'à ce que mort s'ensuive, il massacra deux villages entier non loin de Gludio dans le but d'amasser des âmes fraîches pour un rituel de grande envergure avec l'aide des Graciens. Il n'en reste que des ruines sinistres nommées les Ruines de l'Agonie et du désespoir. Le monde entrait dans une ère de Chaos. La forêt luxuriante sous Gludio appartenant dorénavant au passé, devenue un désert aride ou la magie à fait grossir exagérément les insectes qui s'y trouvaient.

C'est a peut près à ce moment que le Duc Ashton perdit peu à peu sa santé mentale, le sang coulant à flot il du même faire expressément préparer un terrain non loin de la ville pour les exécutions, massacrant par famille entière dans le but de garder la mainmise sur Dion. Au même moment une révolte gronda plus au sud, chez les pirates ou le célèbre Zaken tomba sous les coups de son équipage, mais il ne fut connu que bien plus tard que la magie en avait fait un vampire et son équipage devenu presque entièrement des morts vivants.

La Famille Royale de Gludio ne fut pas en reste et la promise du futur Roi orchestra des assassinats dans le but d'assurer sa position. Peu de temps après le mariage c'est le reste de la famille qui y passa, laissant Noctisia sur le Trône de Gludio. Sous ses apparences de village paisible, c'était une réelle Mafia organisée, pour beaucoup, aux ordres de Beleth. Parait-il que Noctisia était même la maîtresse de Beleth lui même. Sous l’afflux de morts et de sang, des démons commencèrent à sortir du Purgatoire, formant même une Cité démoniaque de leur engeance avec les mortels. C'est du moins ce que l'on dit du territoire de Gludin.

Sous le déréglemente magique, une nouvelle race vue le jour, certains disent qu'elle est directement lié à Eva, qui, voyant l'avenir peu radieux, aurait tenté d'offrir à ce monde des guerriers dignes d'elle. Les Lycans s'installèrent dans les montagnes, attendant l'heure de frapper, vivant dans la nature non loin de la forêt féérique. Pour beaucoup, tout le bestiaire féérique serait la création d'Eva.

Beleth trouvait la puissance en ses autres "moi" situé dans des mondes autre que le notre et assemblait un pouvoir colossal. Acculé au pied du mur par les sages de la Tour d'Ivoire, il invoqua une légion de créatures pour les combattre. Durant la Bataille des Champs du Désespoir, les forces adverses ne purent le vaincre qu’avec l’aide de magie noire, calcinant à jamais la région. Beleth fut enfermé dans une prison sous la Tour d’Ivoire. On raconte qu’il réussit néanmoins à s’enfuir pour disparaître. Dans ce monde ou un autre, toujours avertit de ce qui se tramait par sa Maîtresse.

Son pouvoir était tel que tous s'étaient ligué contre lui, les dieux faiblissaient et n'était plus qu'un lointain souvenir, les sanctuaires souvent désertés. Personne ne comprenaient, mais il était difficile de voir l'oeuvre dans son ensemble. Tandis que Gracia s'écroulait sur elle même sous les attaques des Antres, c'est Cruma et la cave des géants qui devinrent des cibles. Les Mammons rassemblèrent les nains après que Trasken détruisit presque totalement le Sanctuaire de Maphr et sous une alliance qui aurait pu sembler improbable, avec Zaken, Gainak naquit. La ou on aurait pu croire à un piège, c'est un refuge ouvert à tous qui s'offrait. Régulièrement attaqué, il reste profondément sous terre pour préserver la vie. Un autel de Maphr y siégerait même.

Avatar du membre
Shiany
Site Admin
Messages : 2774

Re: Ébauche

Message par Shiany » jeu. févr. 08, 2018 3:05 pm

Image

Ce fut lorsque Beleth trouva Karum que tout bascula, celui ci gardant un vestige des temps anciens, une statue qui selon la légende saurait ressusciter un corps inachevé de géant. C'est le corps de celui ci qui servit à l'utilisation de la statue qui tomba en miette lors du rituel. Une arme soit disant raté par la tour d'Ivoire trouva son plein potentiel entre les mains de Beleth qui usa du Géant Marpanak pour achever le rituel. Invoquant le pouvoir divin pour relever géants après géants, commençant par les plus faibles jusqu'au plus fort. Certains le trahirent pour retourner vers leur créatrice qui trouva la force dans le pardon, avant de s'estomper totalement, Einhasad, aidée par Mimir et Hermuncu laissèrent choir la cité de Ye Sagira sur le Sanctuaire de la Déesse elle même, protégeant ainsi la population des attaques de Beleth.

Mal en pris à Beleth d'être trop gourmand, sa dernière invocation se retourna contre lui et ses alliées ne tardèrent pas à rejoindre le Roi Géant, Hélios. Apportant avec eux les informations nécessaire a une invasion, pour reprendre ce monde qui était, a leurs yeux, le leur. Décimant la plupart des mages de la tour d'ivoire, ils ne laissèrent que le bétail survivre. C'est ainsi qu'ils traitèrent les mortels et immortels de ce monde. Tous devaient plier le genoux et s'asservir ou finir massacré voir pire. L'alliance avec les Graciens étaient au plus fort, ceux ci apprirent beaucoup des géants renégats.

Usant de tortures dignes des plus grandes âmes noires, ils n'hésitaient pas à faire griller leurs ennemis a la broche en pleine ville avant de les dévorer. Pour eux les créatures vivantes ne vivaient que pour les servir, voir pour les nourrir. Les grandes cités tombèrent rapidement, la populations s'enfuyant ou devenant esclaves. L'esclavagisme avaient toujours eu sa place dans certaines cités, mais jamais à un point aussi général. Gracia avait réussi a envahir Elmore et Aden, ne laissant que la désolation derrière eux.

Les Graciens allant jusqu’à faire exécuter de masses ceux qui osaient s'allier avec les géants de Ye Sagira, provoquant une mutation des terres d'Exécutions, non loin de la nouvelle cité Gracienne.

Le vortex Gracien fut fermé par Sayha lui même. Celui ci donnant des indications à ses enfants pour tenter de sauver ce qui restait du monde, se résignant à laisser ses créations venir en ce monde. Non loin de la cité érigé par sa mère et les géants, une île sortit des flots. Les Ertéias ouvrant plusieurs vortex afin de trouver de l'aide.

Seul un miracle pouvait encore sauver ce monde en déclin.

Avatar du membre
Shiany
Site Admin
Messages : 2774

Re: Ébauche

Message par Shiany » jeu. févr. 08, 2018 3:06 pm

Image

Et ce miracle finit par arriver, lueur d'espoir dans ce monde asservit. Plusieurs vortex vomissant des êtres venus d'ailleurs. Les héros, ceux qui allaient tous les libérer de ce joug tyrannique. Du moins il en reste l'espérance. Vous êtes notre seul espoir ... Mais tous ses gens arriveraient-il a s'acclimater à notre monde ? Des Kamaels jurant avoir été créer par les géants ? Des gens disant travailler pour des dragons. D'autres réfutant même l'idée que la magie puisse exister ?

Maintenant il fallait cohabiter et s'entraider. La Tour d'Ivoire deviens un point central, géré par une kamael venue elle aussi d'ailleurs. Tentant de comprendre ce monde et d'aider ceux qui viendrait demander de l'aide. Tout cela suffira-t-il a libérer Elmore et Aden ? Les cercles magiques tenant les vortex ouverts tiendront-ils ?

Avatar du membre
Shiany
Site Admin
Messages : 2774

Re: L'histoire

Message par Shiany » dim. avr. 22, 2018 5:02 pm

Image


C'est dans le capharnaüm le plus complet que les vortex vomissent jour après jour des aventuriers venus d'ailleurs, certains n'ayant pour seul but que de rentrer chez eux, d'autre ayant vu leur monde s'écrouler avant d'être aspirés par celui ci ne pouvant que considérer leur présence comme un miracle.

Étonnamment, les Ertheias se faisant discrets, beaucoup périrent lors des ouvertures des vortex. Des vortexiens, terme utilisés depuis peu par certains pour parler des gens venus d'ailleurs, auraient même posés bien des questions à la Reine des Ertheias, ayant bien du mal à comprendre qu'elle aussi, d'une certaine façon, venait d'un autre monde, ne connaissait rien à celui ci. Ce fut pourtant l'un d'entre eux, un certain Skrine que beaucoup appellent « le Petit gris » qui organisa un banquet avec la Reine et les aventuriers curieux. Beaucoup d'ego se heurtant, des questions furent posés, quelques éclaircissements furent apportés, mais cela ne semblait pas avoir contenté les gens avides de savoir. Au fil de la soirée il y aura eu des échanges d'informations peut-être vraies peut-être fausses, il y aura eu des éclats de voix, des rencontres, des embrouilles mais au moins on aura vu que même si la plupart ne se sentait pas concerné par l'état actuel des choses, au moins ils étaient curieux a tel point que même lorsque la Reine s'est retirée ils sont restés a débattre et à écouter.

Depuis des années, les Graciens avaient assis leur pouvoir et leur mainmise sur ElmorAden, seuls les sanctuaires étaient en grande partie épargnés, les géants n'étaient pas assez fous pour risquer une fois de plus de voir Einhasad débarquer avec le Marteau de la Destruction de Gran Kain. Ne prenant guère au sérieux les petites piques ça et là. Mettant toutefois une prime de 50 millions sur un dénommé Azen, celui ci clamant haut et fort vouloir monter une résistance contre eux. Résistance qui n'eut pas vraiment lieu, puisque c'est la Guilde des Oubliés qui frappa un dur coup dans la force Gracienne en mettant à mal la légion mise en place à la Cité d'Aden. Renversant le pouvoir avec l'aide de la Guilde du Cénacle qui organisa, non sans mal, une diversion en ville.

Passons sous silence les morts de ceux qui n'ont pas eu le temps de voir qu'ils fonçaient vers les Graciens et les échecs car seuls ceux qui ne font rien ne font jamais d'erreurs. Des morts il y en aura toujours lors de guerres et l'histoire est toujours écrite par les victorieux.

Beaucoup disent que ce fut une catastrophe, d'autres attendent que la contre attaque Gracienne arrive pour jauger au mieux la force de ceux ci. Beaucoup retiennent leurs souffles alors que les volets des cités se ferment devant des légions Graciennes toujours plus présentes et agressives, prêtes à attaquer ceux qui leur semblerait être un outrage à leurs présences. Les plus fous se seraient vite prosternés pendant que les bateaux volants continuaient de sillonner les cieux.

Pourtant, dans l'ombre, d'autres œuvrent, les miracles divins en guise de preuves. Des échantillons et des rituels loufoques ont lieux à la tour d'Ivoire, certains y gagnent de la renommés d'autres du pouvoir, seuls ceux qui ne font qu'observer de loin peuvent se permettre de dire qu'il ne se passe rien.

Pendant que des discussions s'ouvrent avec les Mahums, des anges tentent de faire leur place à la forteresse blanche. La cité Orientale s'anime de discussions, les démons voient naître une taverne à l'air vicié. Milles questions sans réponses, milles recherches.

Qui seront les héros de demain? Aden la belle restera-t-elle aux mains des Oubliés ? Où iront les rescapés envoyés à Gainak ? Que deviendra la résistance? Le bataillon trouvera-t-il l'incantation tant désirée pour rentrer chez eux ? Le Cénacle d'Orient revendiquera-t-il la cité si chère à leurs yeux ? Heralia sombrera-t-elle dans un silence aussi pesant que le sommeil d'Aurakia ?

La suite de l'histoire n'attend plus que vous.

Avatar du membre
Shiany
Site Admin
Messages : 2774

Re: L'histoire

Message par Shiany » lun. juil. 23, 2018 4:59 pm

Image


Une nouvelle page qui se tourne et qui trouve ses échos d'il était une fois dans les ruelles de la Cité d'Onyx : Sous le voile de la nuit du premier Mai, la Beltane est fêtée dans tout ElmorAden La fête bat aussi son plein au village Lycan, ou Murielle revient avec tous les enfants abandonnés qu'elle à pu trouver lors de cette nuit. On pourrait presque croire que le monde tourne enfin rond, mais les graciens sont toujours dans le chemin de nos chers héros. C'est presque sans surprise que quelques jours plus tard, les bateaux volants sillonnaient le monde avant de se poser à Aden, prête à reconquérir la cité. Pourtant l'échec leur pendait au nez, une série de victoire toutes plus écrasantes les unes que les autres ne purent que s'enchainer.

Assurément trop simplement, nos héros ayant même le temps d'avoir le loisir de se faire des guerres toutes personnelles. C'est aussi la naissance d'une nouvelle taverne Orientale qui se fête dans la boisson et les discutions. Les rumeurs disent que même Shiany serait venue y prendre un verre, bien que peu de témoins puissent en témoigner.

Plusieurs Oracles parlent de Lycan d'une vision, bien peu saurons finalement que le général Mahum qu'ils ont vu dans leurs songes, finira par périr, piégé par des héros qui auront finalement jugé qu'une alliance avec eux n'en valait pas la peine. Sa dépouille laissé aux charognards, les visions s'estompant, ne laissant que pour seul souvenir une brève lueur d'espoir.

C'est à la cité des Rouages, tout juste à côté de ce pauvre Mahum qu'une nouvelle bataille se dévoile. Le Bataillon l’assiégeant de toutes parts dans une victoire écrasante. Celle-ci laissant toutefois un goût amer en bouche, car l'un de nos héros y trépassa, les rumeurs disent que sa sépulture se trouve au château qu'il a tant désirer libérer. Les forgerons ne tardèrent pas à se remettre au travail, non sans la peur au ventre dès qu'un bateau passaient non loin du ciel du territoire d'Oren.

Pendant que la Résistance revendique la forteresse du Sud et que le martellement du nain ne se tait qu'au crépuscule et encore. L'annonce officielle d'une grande fête fut lancée, traquenard original qui fut surplombé d'un lourd nuage, un bateau gracien se posant littéralement sur la forteresse. Celui ci aurait du causer de multiples morts et pourtant, contre toute attente, c'est une explosion, puis d'autres qui attirèrent l'attention. Le piège se refermait et la boule de feu gargantuesque que l'explosion créa ne laissa derrière elle qu'un cratère et des cendres.

L'on raconte que de la cite orientale et celle d'onyx, on a pu voir le ciel s'embraser pendant quelques glorieux instants, mais c'est à la forteresse blanche que les répercussions furent senties, l'explosion et la missive qui s'en suivit servant de signal pour la suite du plan de la résistance.

C'est ainsi que la Forteresse Blanche fut elle aussi libérée de la présence des Graciens, mais pas des luttes internes. Un Kainiste venait de libérer la cité blanche, au plus grand mécontentement de la cité Angélique.

Peu de temps après, ce fut la Cité Orientale qui fut libérée, dans les cris de joies et d'allégresses. Bien peu au final, saurons à quel point le Cénacle avait travaillé dur dans les sous sol même de la cité. Une Victoire des plus mérités dans des plans des plus secrets. Un renouveau pour cette cité ou les lumières ne cessent plus de briller, narguant les Graciens qui n'ont pas su la défendre.

La foi semblait renaitre aussi rapidement que l'espoir, les cérémonies de toutes part s'enchainant, provoquant même parfois des miracles si l'ont en crois les dévots. Cela n'empêchant pas la révolte angélique bien qu'elle fut rapidement maitrisée.

Entre les assauts sur les cités graciennes, les escarmouches entre nos héros et les disparitions qui firent couler autant de sang que d'encre il reste encore bien des mystères à découvrir. Que faudrait-il croire des visions de certains? L'air est lourd, quelque chose se prépare, mais rien ne semble encore tangible et pourtant beaucoup semble peser sur les épaules des aventuriers. Trahison, complot, alliance, guerre, qui sait de quoi sera fait demain.

Avatar du membre
Shiany
Site Admin
Messages : 2774

Re: L'histoire

Message par Shiany » jeu. nov. 08, 2018 11:25 pm

Image


Plusieurs personnes auraient juré voir des Errants Draconnique aux quatre coins d'Elmoraden et auraient récoltés leurs écailles, pour beaucoup ce n'est qu'un changement parmi tant d'autre, pour d'autres, c'est que la vision de certains était bonne. À eux de trouver ce qui se trame, les marqués par les dragons ayant d'autant plus d'intérêt à y creuser. Au même moment, le Sanctuaire de Maphr était la proie à la déchéance, sans héros cette fois pour la sauver, c'est le souvenir de Lucien qui doit briller d'autant plus au cœur des ténèbres sous la vision des tentacules de Trasken qui ont tout ravagé sur leur passage et qui sont encore là, souvenir improbable de la grande douleur, le sanctuaire effondré ou seule la prêtresse continue son office envers et contre tous. Quelques aventuriers y passent encore parfois, mais il ne faut pas se leurrer sans une bonne carotte sous le nez, nul n'aidera réellement ce sanctuaire.

La grande cité d'Aden serait tombée, la nouvelle eue un effet dévastateur sur le moral, sous des pressions du cercle de l'avarice, certains dirons qu'elle est tombée en poussière d'or, d'autre dirons de sable. Chose sure, la cité magnifique n'est plus qu'un énorme château de sable qui ne tient plus que par de la magie, des palmiers ont poussés ca et là et la nuit, des assassins rôdent à la recherche de sang frais. L'étendard abyssal flottant au gré d'un vent chaud, il n'est pas rare d'y trouver un démon se prélassant sur un transat. En effet, l'ancienne capitale d'Elmoraden, fleur du commerce du royaume, tombait déjà depuis plusieurs mois en faillite, suite à la rupture des interactions entre les autres cités, imposée par la régence actuelle. Bien que peu osèrent élever la voix ouvertement, presque tous les marchands ruminaient dans la violence gratuite dont faisaient preuve leurs inaptes dirigeants, et ne comprenaient pas l'intérêt d'un couvre-feu aux heures les plus cruciales pour la cité en terme économique.

Péché d'avarice, ou inexpérience politique, dans tous les cas, la ville d'Aden piqua l'intérêt d'un être aux désirs bien plus obscurs. Sans crier gare, plusieurs coffres dorés se mirent à apparaître un peu partout dans la ville, près des marchands principalement. Les coffres étaient animés de vie, et criaient tous "ARGENT!" Certains aventuriers tentèrent de comprendre ce phénomène, et aussi étonnant que cela puisse paraître, ce furent des étrangers à la ville qui eurent un début de réponse quant à ce phénomène.

L'on raconte qu'il fallut négocier avec les coffres, en leur proposant une certaine somme, ils vomissaient et disparaissaient. Mais un autre montant eu un tout autre effet : les coffres se mirent à exploser et, dans leur sillage, un spectacle sans doute unique suivit. Les bâtiments proches se transformèrent en montagne de sable d'or, l'on apprendra par la suite que c'est du faux, fondant comme neige au soleil, les murs remplissaient de sable plusieurs endroits de feu la belle cité d'Aden. Plusieurs essayèrent, à différents endroits, et visiblement, quelqu'un avait compris le principe, et s'était amusé à faire de même sur plusieurs autres coffres, causant l'effondrement de plusieurs autres bâtiments. Une évacuation forcée, la régence tenta d'évacuer, sans succès.

Ce n'est que l'intervention, étrangement propice, de la guilde Mammon, à la porte EST de la cité, en compagnie d'un Yéti nommé Gorgh que la cité put être évacuée. Les ressources des Mammons ne sont désormais plus à prouver, car ouvrir un portail capable de faire transiter une telle foule, il faut au moins avoir leurs connaissances et moyens. La cité de Fafurion était visible de l'autre côté, et pendant que la régence de la cité - prise à une blague de mauvais goût lancé par l'un des Mammons -, tentait de négocier un prix pour évacuer des habitants que les Mammons avaient déjà décidé d'aider, d'autres étrangers accompagnèrent les exilés à travers le portail pour s'assurer de leur bonne arrivée.

Des bâtiments étaient prêts pour accueillir les réfugiés d'Aden, le temple était bondé en quelques minutes, et d'autres manoirs dans et autour de la cité les accueillit rapidement. La faible population de la cité d'eau grossit à vue d'œil. Une partie des riches marchands fut escortée au château d'Innadril, et dans la journée qui suivit, des constructions à l'extérieur de la ville débutèrent pour accueillir les réfugiés. Il se dit que les négociations sont en cours entre marchands. Néanmoins, la réactivité du régent de Fafurion est, au bas mot, exceptionnelle, pour ne pas dire surprenante, peut-être même un peu trop surprenante.

Aujourd'hui, la cité d'Aden, tombe lentement, mais sûrement en ruines, des coupe-gorge apparaissent un peu partout, les voleurs récupérant les richesses laissées derrière eux par les marchands en panique. Deux jours plus tard, les Mammons ne seraient pas revenus, et tout porte à croire qu'ils ne reviendront plus dans la cité, en revanche, on les voit aujourd'hui à la cité de Fafurion, offrant leurs services à tous. Les religieux également s'en allèrent de la cité, trouvant refuge à la cité de Fafurion. La magnifique cité d'Aden, de jour en jour, devient un souvenir nostalgique… Un nom ressort cependant de ce chaos sans précédent à Aden : Mezesphaïel ...

Au centre d'Arcane, une réunion étonnante rassemblant plusieurs cultes au sujet d'une brume qui empêcherait les priants de pouvoir contacter leurs divinités. Le haut prêtre d'Eva, Elwindielaar Ash'ahelaar, ainsi que celui de Shilen, Mithrandir , y avait même été convoqué bien qu'une silhouette entraperçue ait pu laisser quelques doutes sur le fait qu'une personne de plus s'y trouvait. Longue discutions sur le sujet ou l'ont aurait pu croire que les cérémonies dans les temples se verraient plus productives, ce qui ne fut pas vraiment le cas. Plusieurs religions continuant de rester muette face à la menace qui semble de toute façon avoir été oubliée de la plupart. Pourtant certains grincent encore des dents …

Mithrandir a exclu le fait que le sceau de l'Avarice n'ait été utilisé d'aucune manière dans l'évènement qui survint à Aden et s'intéressa de près aux fameux cercles d'invocations qui ont été mentionnés lors de la réunion. Il semblait clairement en savoir un peu sur la question. Il révéla aux aventuriers que lors de la campagne de Raoul l'Unificateur, face aux Graciens, une bataille secrète se déroula à Rombarshia, territoire Gracien. Là-bas, un sort de très haut niveau, dit interdit à été empêché d'être utilisé. Selon lui, ce sort aurait été créé autrefois par Dasparion, le mage légendaire. Le 8eme Keucereus le vola à la Tour d'Ivoire, afin de s'en servir. Nul ne sait ce qu'est advenu de ce sort, mais il paraît que cela impliquait de très grands cercles d'invocation.

La silhouette entraperçue aurait été revue sur le parvis du temple d'Onyx, discutant avec deux personnes, c'est tout ce que l'on en sait, à moins que les langues ne se délient, il en restera assurément ainsi. Les démons s'éveillent et les abysses grouillent, peu de gens peuvent se vanter de ne pas avoir croisé l'un de ses représentants dans les derniers temps. Sous une forme ou une autre.

Au cœur de la nuit, une silhouette trouva un vieux livre poussiéreux au centre de vielles ruines. Le texte en abyssal parlait d'une vieille incantation cachée sous l'un des arbres de la forêt des miroirs. C'est après beaucoup de recherche qu'elle finit par mettre la main sur cette invocation des plus étrange nécessitant autant un sacrifice, qu'une peluche. Sur un autel de pierre dans un environnement chaotique au possible, un être fut invoqué. Une toute petite créature, une enfant au teint grisâtre. Jurant avoir été scellée par Einhasad elle-même il y a bien longtemps de cela pour une petite blague à celle-ci durant la guerre des dieux. L'enfant sillonnant dorénavant nos terres en ne causant pas de grands dégâts pour le moment, sinon de faire pousser des pâquerettes sur les gens et de provoquer, ou de laisser croire, qu'elle a provoquée des orages. Pourtant, beaucoup de démons hausseront un sourcil en entendant son nom.

Le mystère plane, les habitants ayant rapidement fuient vers la cité de Fafurion, tout autant que les Mammons cela dit, la Guilde reconnue par tous y aurait trouvé des quartiers depuis. La cité de Fafurion ayant même organisé une fête ou plusieurs mystères se sont posés, mais ou il faut avoir les bons contacts sinon les informations sont difficiles à trouver, à quoi rime autant de silence ? Dans la grande et noble cite de Fafurion, eut lieu un grand bal organisé par le Seigneur Lucius Verein. En effet, on put apercevoir plusieurs cortèges affluer vers le château. On ne s'étonna pas de voir des carrosses portant des armoiries nobles, déposer des convives aux portes du palais, mais pas que. La noblesse était conviée à l’événement, mais le généreux Seigneur Lucius permit également à de simples roturiers d'entrer, sous certaines conditions strictes. Il se chuchoterait même dans les couloirs, que ce dernier se serait acquitter personnellement du droit d'entrer de certains convives.

La garde fut renforcée pour l'occasion, mais étrangement, les Graciens se sont tenus tranquille ce soir-là, et la fête put avoir lieu. Les ragots vont déjà bon train, pas mieux que les bruits de taverne, le jeu des nobles fut présent toute la soirée. Bien entendu, en apparence, ce fut a force de flatteries et de courbettes, mais les langues de vipère ne se firent pas attendre. Cependant, c'est à un véritable défilé que les organisateurs ont assisté. Les convives portaient des ouvrages de haute facture et on dit que les robes de ces dames ne laissaient personne indifférent. Pour ce qui est de leurs cavaliers, ils portaient également de la haute couture, et autre cosmétiques de luxe.

Le Seigneur Lucius Verein, accompagna les convives dans la grand-salle. Il paraîtrait qu'elle fut décorée pour l'occasion, avec le plus grand des goûts. Des invités de marque étaient déjà présents, attablés à de grands buffets copieusement garnis, des tables dressées avec soin, sur de grandes nappes de soie blanche. Il y avait également, de sublimes danseuses qui étaient présente, mais aussi, des gardes dans chaque recoin. Qui veillaient au bon déroulement de la soirée.

Les convives se sustentèrent, nourriture, boissons, il y avait de tout et le service fut impeccable à ce qu'on dit. C'est sur un fond de bavardages, parfois accentués de rires, que les convives échangèrent avec le Seigneur. Abordant plusieurs sujets, comme la situation actuelle de la grande capitale d'Aden, et son avenir financier. La soirée commençait, alors qu'un orchestre s'installa pour commencer à jouer. Le premier morceau fut l'Ode à la Victoire, chantée après la victoire de l'Unificateur Raoul d'Aden sur les Graciens. La fête se poursuivait, alors que la musique se fit entendre jusqu'à l’extérieur du château.

Viennent ensuite des morceaux plus entraînants, et c'est le Seigneur Lucius, qui ouvrit le bal en invitant une mystérieuse sombre à danser avec lui. Cette dernière, avait d'ailleurs passé la première partie de la soirée bras dessus bras dessous avec ce dernier. Il ne fallut pas beaucoup de temps pour voir les autres convives se lancer sur la piste et danser joyeusement. Ce fut un balais plaisant à voir, les traînes des robes volant au rythme des danses, alors que certains préféraient rester à table, pour continuer de boire.

La soirée battait son plein, quand tout à coup, une partie des convives disparu, tout simplement. Le Seigneur Lucius se targuait plus tôt d'avoir fait venir le plus grand illusionniste du continent, mais là ! Les invités furent surpris de voir que cet illusionniste de talent avait réussit à faire disparaître une dizaine de personnes. Et ce fut sur un fond d'applaudissement et quelques sifflements que ces derniers réapparurent. Tous sains et sauf, bien entendu, et la fête continua après ce tour de magie spectaculaire.

Alors que la lune avançait dans le ciel, certains commençaient à fatiguer, d'autres, bien entamés par l'alcool, se mirent à vociféré de noble à noble. Mais ce n'était que des mots, un combat de coq si l'on puis dire, à qui caquetteras le plus haut. Les convives se retirèrent peu à peu, l'assistance fut surprise, au moment où le Seigneur Lucius fit une révérence à la sombre qui l'accompagnait, même la noblesse semblait choquée de voir le Seigneur ainsi s'incliner.

Le château resta ouvert toute la nuit, sur la surveillance des gardes, pour ceux qui souhaitaient encore profiter de la fête, et qui pouvaient encore tenir debout.

C'était, sans compter les nombreux enlèvement d'Ertheias sur tout le continent qui se solda par la mort de la Reine. Tout le peule des Ertheias est en deuil, leur reine ayant donnée sa vie pour promouvoir la paix. Dans la soirée, les villes libres ainsi que les autres furent alertées du fait que des parasites avaient envahis le Sanctuaire de Sahya, mettant en danger la Reine Navari et ses protégés.

Plusieurs volontaires se sont déplacés pour porter secours au peuple Erthéias. Les parasites furent plutôt vite maîtrisés, même si certain auront peine à reconnaître l'aide d'un bâtiment Gracien survenu du ciel pour venir à bout des envahisseurs. La terre ne cessait de trembler au sanctuaire, si bien que des cartes furent distribuées aux habitants afin qu'ils puissent se réfugier à la cité orientale. Malgré la protection rapprochée que la troupe avait tenter de lui offrir, a Reine Navari fut enlevée par un elfe plus ou moins connu pour avoir déjà commis des actes malveillants, au nom d'Embryo. Les mots de l'elfe avant de disparaître purent finalement conduire la troupe en direction du sanctuaire de Marph.

Le sanctuaire était un tel spectacle de désolation où seule la mort régnait. La prêtresse Maphrienne agonisante put néanmoins offrir une orientation aux aventuriers. C'est aux Mines de Mithril qu'allait se dérouler la suite des événements... S'engouffrant jusqu'en bas des mines, croisant sur leurs chemins des cadavres, marchant sur des parasites puants, ils trouvèrent finalement une stèle qu'ils arrivèrent à déplacer ensemble et y découvrirent un puits. Une odeur pestilentielle s'en échappa. Ils leur fallut beaucoup de temps pour s'habituer à ces effluves et décidèrent de descendre ce puits au fond duquel ils finirent par retrouver la Reine Navari dans une cage organique, prisonnière de tentacules.

Cette fois-ci, la troupe dut affronter des orbes, pour pouvoir enfin libérer la Reine... Une bouche fut découverte, à travers laquelle une lumière et une aura dérangeant ont pu être ressenties. Malgré les réticences de certaines personnes, tout le monde fini par grimper, pour atterrir au centre d'un mur de bourrasques violentes et impénétrables. L'elfe était au-delà de ce mur et provoqua la Reine. Un puissant sort a été provoqué par la Reine et une Erthéia, mais Navari fur prise au piège d'une aura bien plus puissante encore, ce qui n'empêcha pas l'autre Ertheia des poursuivre ses incantations et neutraliser enfin l'elfe.

La Reine semblait malgré tout possédée. Alors qu'une partie d'elle avait l'apparence d'un ver gigantesque, une autre partie semblait tendre la main aux présents... Comme un dédoublement de personnalité qui s'arrêta un court instant pendant lequel une nouvelle dimension s'est offerte à eux : rêve ou réalité ? Un aparté entre Sahya et Navari eut lieu et fut ce qui provoqua la suite de l'événement. Rentrés dans leur "réalité", face à la Reine qui semblait dans un état temporaire de lucidité, un ange faisant parti du groupe ainsi que l'Ertheia brisèrent le collier de la Reine, qui elle-même se dématérialisa. La fin de la Reine signa le retour au sanctuaire de Sahya dans lequel il régnait un silence lourd. La reine, par son sacrifice, rendit à ses terres sa sérénité. Quant aux personnes présentes ce jour-là, on dit que leur esprit est inondé de nouveaux savoirs, ce qu'ils avaient appris de la Reine restant alors gravés dans leur mémoire.

Ils sont comme un Corps vivant, trouvons la tête. Ils sont l'ennemi de tous, mais agissent pour le monde.

La cité des Rouages quand à elle, ce ternit et beaucoup de ses artisans préfères aller travailler ailleurs devant le peu de réactivité de ceux qui les avaient libérés des Graciens, beaucoup ont déjà migrés vers la Forteresse de Lumière et vers la Cité Orientale, nul ne sait quand l'exil se terminera ou si du nouveau renaîtra de ces centres. Plusieurs se demandent si l'ensemble du bataillon n'aurait pas emprunté un vortex pour rentrer chez eux.

Ce sont les deux pieds dans l'eau que certains entamèrent un rituel avec les écailles retrouvées sur les Errants Draconnique, sous la lune que leurs incantations résonnèrent. Alors que les couches-tards étaient témoin d'un orage des plus violent sur tout le continent, ceux ayant trouvé le cœur du monde se fiaient à une vieille légende elfique. Les créatures du coin auront pu être témoin d'un rituel des plus particulier sous la lumière de la plus belle lune sans connaître forcément la teneur de celui-ci, tout ce que l'on peut affirmer c'est qu'une ode au nom des Six aura été prononcée ainsi qu'une incantation draconnique.

Pour les plus proches du lieu, le temps se figea presque alors que les instigateurs de l'événement disparaissaient pour réapparaître quelque temps plus tard. Les songes se réalisent et La Porte de Son monde s'ouvre. Plusieurs oracles vous le diront, le gardien d'Aurakia aurait fait son apparition sur nos terres, vous offrant le passage vers le songe de la dragonne. Les aventuriers, arriveront-ils à la réveiller ? À survivre à ses rêves et ses cauchemars, dans un monde ou la logique n'existe plus et ou parfois l'on trouve une étrange brume.

Une nouvelle distribution de bien fut mise à l'honneur sur la place d'Onyx. Bien qu'elle fut légèrement différente que d'habitude, il n'y avait pas que les fameuses tartes de la Dame Noire sur la table, mais bien d'autres choses pour le bonheur de quelques volontaires. Il se dit même que la Dame Noire avait une petite assistante au teint blafard ou vice-versa. Pour les voyageurs de passage, une légère contribution fut demander, certain aurait penser a une vente de charité, tandis que d'autre voyais cela d'un mauvais œil. Assurément, parce qu'il fallait payer en liquide. Certains vous dirons qu'il y avait un quota à respecter, d'autres vous dirons qu'un démon se serait chargé de terminer ce quota dans la nuit après la signature d'un pacte.

La citée d'onyx aurait subit plusieurs tremblements faisant naître ici et là, des fissures entres les pavés ou s'y échappait des volutes de fumée, qui finiront par disparaître plus tard. Alors qu'une mélodie morbide s’échappait des brèches, dans un calme absolu, la Dame Noire aurait fait évacué les habitants vers le port par précaution. On la revit quelques instants plus tard, errer de ruelle en ruelle en compagnie d'une silhouette bien plus petite et d'une bien plus grande ! Après chacun de leurs passages, les rues fut vider d'Hybrides. L'air se faisait de plus en plus oppressante, chargée de magie, plus encore quand une brume ignoble ai pris d'assaut la citée jusqu’à l'espace d'un instant, l'obscurité recouvrit entièrement la ville. Sur tout le continent, l'ont aurait pu apercevoir la Lune s'obscurcir après qu'une nuée d’âmes se soient extirpées des crevasses de la ville.

Tous ceux étant restés au cœur de la cité durant ce temps auraient subit des mutations, des esclaves auraient hurlés de douleur sous la poussé de cornes ou d'ailes, d'autres n'auraient présentés aucun changement, assurément la seule personne qui ne fut pas touchée est aussi celle qui semblait être derrière tout ça, les démons vous diront que pour l'heure, la personne responsable de la cité serait la Dame Noire, beaucoup ne voudraient pas se retrouver à sa place à devoir rendre des comptes à ceux qui l'ont aidés.

Avatar du membre
Shiany
Site Admin
Messages : 2774

Re: L'histoire

Message par Shiany » lun. août 26, 2019 2:26 am

Image


Pendant que la dure réalité faisait rage, ce furent deux êtres qui éveillèrent le songe. Dans un orage des plus violent qui éclatait sur la totalité du continent. Celui-ci, né au cœur du monde grâce à une vieille légende elfique. Sous la lumière de la plus belle lune, résonna une ode aux noms des six dragons, suivi de près par une incantation en langue draconnique. Un bruissement dans l'air et les deux êtres n'étaient plus, il aurait été fort tôt de creuser leur sépulture, car ils réaparurent au même endroit quelques temps plus tard. Le Songe d'Aurakia s'ouvrait, permettant aux gens possédant la force d'y entrer de vivre plusieurs aventures illusoires sans saisir la subtilité, ou l'absence de celle-ci, dans les répercutions qui suivront.

L'agitation des mers est presque palpable depuis quelques temps. Peu de gens savent d'où vient cette étrange sensation, à la fois de liberté, mais de violence ... un frisson parcourt de temps en temps les marins et les pêcheurs. Loin des côtes, un calme masqué règne. Mais c'est lorsque la proie se sent le plus à son aise, que le prédateur montre les crocs. La flotte de Zaken finit par mouiller dans le port d'Onyx. Aux creux des secrets, un plan d'attaque fut imaginé. Dans les faits, c'est une diversion haute en couleurs en fausse attaque de la cité Gracienne qui permit la libération de la Cité Vampirique par beaucoup d'Aventuriers et de la flotte de Zaken. C'est aussi ce jour où, certains de ceux qui ont mené l'attaque ont croisé l'Empereur Djoda. Celui-ci se cachant derrière ce qui semblait être des marionnettes de représentation divine. Pour la plupart il en advint plus de questions que de réponses.

Pendant qu'un orage improbable sillonnait les terres désertiques au sud de la Cité Orientale. Trois navires Graciens survolèrent à basse altitude le Bastion Lycan, larguant sur place des soldats d'élite de la 35ièmes légion Gracienne. Il ne fallut pas bien longtemps pour que le Bastion brûle, des Lycans littéralement enfermés pour qu'ils brûlent avec les bâtiments de bois. Chose étrange, aucun enfant ni adolescent ne se trouvaient au Bastion ni ce jour-là, ni plusieurs jours avant. Devant la menace, plusieurs aventuriers menèrent, avec l'aide de Murielle, un système de poulies du haut de la ville haute, vers la falaise. Laissant descendre un à un dans un panier tressé, les enfants et les adolescents de l'endroit. À ce jour, beaucoup d'enfants ne sont pas encore revenus, cet endroit secret servant toujours de lieu de villégiature pour les jeunes Lycans. Loin des guerres intempestives.
Au cœur d'une nuit calme et fraîche de janvier, la Cité Orientale devient le théâtre d'une boucherie sans nom. Peu de civils parvinrent ce soir-là à quitter la cité. Un bateau Gracien s'étend littéralement posé au cœur de la cité. Les atrocités de ce jour seront épargnées des livres d'histoire tellement les scènes furent digne de la réputation des Graciens. Cette réputation qui s'oublie si facilement devant un peu de bonne volonté. Peu de temps après, c'est dans l'idée de mettre une bonne fois pour toute, fin à la guerre qu'Hektasis aurait quitté les ruines de la cité Orientale vers la Forteresse de Lumière.

Tous espéraient un assaut suicide au vu du peu de troupes qu'il restait au tribun... Mais les alliés de celui-ci, issus de différentes légions, l'avaient rejoint pour écraser une bonne fois pour toutes, les derniers fous leur tenant tête ! Ainsi, le ciel devint noir de navires Graciens, plusieurs légions réunies pour écraser la forteresse sous leur supériorité numérique. Pendant que la garde se préparait sur les remparts en armant canons et balistes, plusieurs se réunissaient sur la grande place de la ville autour du dragonnet d'Aurakia, invoqué quelques mois plus tôt. Plusieurs voix se laissèrent entendre, reprenant un à un, en cœur, la même litanie.
"Aurakia, que tes larmes d'or protègent cette ville et ton corps"

Mais cela ne sembla pas décourager les navires Graciens, le navire amiral d'Hektasis chargeant son tir, visant l'attroupement. Il y eut un cri d'une femme et puis, il arriva. Jaillissant de nulle part, un imposant dragon noir vint heurter le navire amiral Gracien, déviant son tir et commençant à le combattre ! Alors que les autres navires concentraient leur attention et déchaînant leurs tirs sur le dragon, abandonnant la forteresse, les troupes Graciennes commencèrent à se téléporter au sol pour s'occuper des héros qui s'apprêtaient à venir en aide au dragon. Les combats emplirent alors la ville, le sang coulant, l'acier vibrant, l'air chargé en énergie ! Les Graciens débarquaient sans cesse sur la place au travers des dizaines de portail, l'adrénaline seule permettant aux héros de ne pas flancher sous la douleur des coups et l'intensité des énergies déployées d'un côté comme de l'autre ! Les choses auraient pu être en défaveur des combattants au sol si des légions de créatures draconniques n'avaient pas à leur tour fondu sur l'ennemi au sol, arrivant tout juste du bastion Lycan !

Et puis... un tir toucha le dragon et celui-ci plongea vers la ville, manquant de peu d'écraser les combattants. Il reprit rapidement son envol vers l'extérieur de la cité. Les navires du Prince héritier de Gracia Varkon et ceux de ses alliés dans l'empire survinrent de nulle part, arrivant au contact des alliés d'Hektasis et entamant le combat dans les airs et le fracas des armes ! Il ne fallut qu'un instant à Varkon pour émerger d'un portail sur la place de la forteresse avec sa garde d'élite. L'on dit qu'il serra la main du seigneur des lieux en profitant d'une accalmie... et bien vite les combats reprirent, les Graciens au service du Prince affrontant les troupes d'Hektasis en ville aux côtés des héros ! Les combats finirent alors que dans les cieux, les alliés d'Hektasis disparaissaient en prenant la fuite, comprenant qu'ils n'auraient pas gain de cause ce soir-là et voulant minimiser leurs pertes. Il y eut un long moment d'incrédulité "avaient-ils gagné ?". Et puis... le navire amiral d'Hektasis, seul resté dans les cieux alors que ses alliés fuyaient... fondit sur la ville ! De celui-ci sauta en plein vol Hektasis lui-même, arme en main, le regard fou, insultant et criant sa haine des êtres inférieurs. Certains vous diront qu'il tint bon et fit un carnage face à tous les aventuriers réunis et il est vrai qu'il était redoutable ! Mais un homme seul en put que ployer rapidement face à la masse. Il fut mis à terre, près d'une dizaine se massant sur lui pour lui arracher son arme et le neutraliser... mais malgré cela il se releva ! Seulement pour mieux tomber une fois encore... Cette fois-ci, malgré toute sa hargne, enchaîné, le corps lacéré, il ne se relèverait pas... Le tribun n'avait pas seulement été vaincu : Il avait été pris vivant.

La Cité Orientale aux mains des Graciens avait connu le feu et le sang, les habitants enfuis et les anciens maîtres des lieux terrés dans le château, dernière structure tenant à l'horizon. Certains disaient l'espoir perdu, les Graciens et leurs puissants navires ayant su prouver leur supériorité numérique et technologique en écrasant ce bastion : Au-dessus de la ville, sur les navires, flottaient les étendards de la 35éme légion, la légion des élites de Gracia, les plus puissants et féroces de tout l'empire... Ceux-la même, qui avaient conquis cette cité et ravager le bastion Lycan quelques semaines auparavant. Pourtant... un sombre projet prenait place dans l'ombre. Sous la Cité, un complexe réseau de souterrain avait été découvert par les Orientaux il y a plusieurs mois de cela... Un outil pour la revanche d'orient sur les Graciens. Hier soir, alors que les Graciens festoyaient encore devant leur carnage... Un navire volant, patrouillant les environs, aurait aperçu une petite troupe réunie dans le hameau à l'Ouest de la cité. Il s'empressa de faire voile vers la cité pour transmettre l'information mais... il était trop tard. Le navire n'eut pas le temps d'atterrir qu'une succession d'explosion se fit entre, venant de l'Ouest jusqu'à atteindre le sous-sol de la cité... Truffé depuis des jours de milliers et millions d'explosifs. Il y eut un dernier souffle, un craquement sinistre et la ville toute entière explosa, le feu infernal jaillissant d'une terre qui explosa en mille morceau, se fissura, projetant la roche en fusion aux environs ! Le sous-sol tout entier, détruit, s'affaissa sur lui-même en dévorant telle une mâchoire, les restes de la ville et une bonne partie des soldats survivant.

Les derniers soldats Graciens, dispersés, étonnés et quittant la ville à toute allure, brûlés et blessés... Furent accueillis par les guerriers libres, Orientaux et Résistants, chargeant les escadrons Graciens et les exterminant avant qu'ils ne puissent se remettre du choc initial. Les soldats orientaux vinrent chercher leur lot de sang et de vengeance, massacrant ceux qui avaient chassé le peuple d'orient et tué leurs frères. "On dégage !" fut crié à tue-tête un instant avant que l'air lui-même ne se fige et que le ciel ne s'ouvre, offrant l'horreur à tous ceux qui purent y assister... Le Superion venait d'arriver, le plus dangereux bâtiment de l'armée Gracienne, immense, puissant... suprême, sa seule ombre, écrasant le château !"Dégagez !" Fut répété alors que les portails magiques s'activaient par dizaine, dans le château, l'énergie du Superion se faisant palpable alors que se préparait l'enfer... Et ce fut le cataclysme qui s'abattit : Le château tout entier fut noyé sous la déferlante d'énergie du Superion...... Il ne restait rien. L'on dit que les orientaux auraient eu le temps de prendre quelques biens précieux avant de se jeter dans les portails qui leurs sauvèrent la vie...

Tant de sang avait été versé et pourtant il fallut accepter que ce n'était pas la fin, car dans les secrets des ombres un sceau s'ouvrait sous les injonctions de certains. Des démons se déversant dans les cités, massacrants tous les civils qui avaient le malheur de les approcher. Guettant les sorties avec une envie de sang digne d'un vampire. Mercredi soir, au premier mai, le soir de la Beltane... Des larmes de sang coulèrent. C'est dans la nuit, passé 22 heures, alors que les célébrations pour la Beltane avaient pris fin à la forteresse et commençait à Onyx... Que les Sombres et toutes les personnes ayant du sang de sombre virent des larmes de sang couler de leurs yeux sans la moindre explication, sentant leurs forces se faire drainer. Leur peau déjà sombre devint plus sombre encore, leurs cheveux blanchissant. Les larmes de sang achevaient à peine de couler que tous les regards se tournèrent vers le ciel : Une étrange fente se formait dans la lune, s'élargissant de plus en plus, provoquant des frissons d'horreur de partout au travers du monde. Les terres rougies par la pluie de sang sans fin. Pourtant, dans l'horreur une nouvelle clé était dorénavant entre les mains des aventuriers.

Certaines personnes étant passé dans les ruines que sont le Bastion Lycan actuellement ont vu une silhouette couverte de suie, déblayer méthodiquement les bâtiments. Ne demandant pas d'aide aux gens qui passent, réparant les tambours, trainant les cadavres ou les restes dans un lieu plus calme. Au bout de quelques jours, elle fut rejointe par un elfe, lui faisant faire le tour du carnage avant de se remettre au travail au niveau des enclos. L'elfe rodant en reniflant l'air durant de longues minutes avant d'écarter les bras autour de lui, les poings serrés. Bombant le torse en inspirant, puis, comme si le sol craignait quelque chose, la terre se mit à trembler doucement. L'elfe lâchant alors un rugissement retentissant à travers tout le Bastion qui résonne par delà la forêt jusqu'au sud est. Le rugissement du dragon retentit avec fracas dans l'air, faisant fuir les animaux un peu courageux qui s'aventuraient dans le coin et les charognards qui venaient se repaître.C'est à ce moment que les terres de l'antre d'Antharas tremblèrent soudainement, sous une impulsion inconnue au premier abord, mais quiconque s'approcherait du lieu verrait sans doute plusieurs rejetons draconniques filer vers le nord-est, ignorant les mortels. Un a un, les dragons se posèrent au cœur du Bastion, semblant répondre à l'appel de l'elfe mystérieux. Lors du départ de l'elfe, un énorme dragon noir aux yeux rouges le remplaça. Restant a veiller le travail qui s'arrêta lorsque les torches furent presque toutes éteintes, laissant les ouvriers prendre un repos bien mérité. Avec autant de mains d'oeuvre, le Bastion ne tarda pas à retrouver ses airs d'antan tout autant qu'un nouvel Alpha, Loup Blanc.

Devant l'espoir qui renaissait, ce fut la cité Orientale qui se promis de retrouver ses couleurs malgré un désastre niveau terrain, tout était à refaire et combler, mais grâce au Hameau, l'espoir semblait toujours perdurer au cœur de certains Orientaux, malgré l'absence de leur Reine.

Durant une cérémonie religieuse digne de tous les egos, un marteau fut forgé, dans les flammes auraient été stylé, mais nous allons nous devoir nous contenter de sang comme toujours, car Djoda s'invitant à la cérémonie, beaucoup de sang fut de nouveau versé et pourtant, cette fois-ci, celui de Djoda se mêla à celui des gens attaqués ce jour-là. Une dague ayant fait mouche au creux de ses omoplates par un vampire plutôt adroit.

Peut-être est-ce cette dague qui déclencha le reste, le Supérion ornant depuis un moment le ciel d'Onyx, bien peu de gens se mêlant à la guerre depuis l'absence de Djoda. Il faut dire que les rumeurs parlaient d'un Varkon amoindrît, d'Hektasis et de Ravana qui passaient plus de temps à se lancer des piques qu'à mettre des têtes dessus. Même la résistance, glorieux fleuron de la guerre contre Gracia semblait avoir rendu l'âme et ses cendres renaissait au cœur de l'Ordre Draconnique.

Même les bruits des rouages de la Cité du même nom avaient recommencés à grincer et les automates à se remettre lentement sur pied grâce à une humaine qui y avait mis beaucoup d'huile de coude et de chocolat. Un temple étrange fit lentement son apparition, au nom d'une divinité étrange, voir peut-être farfelue, l'Unique. Et pourtant beaucoup murmure qu'il y a peut-être quelque chose, derrière tout cela. D'étranges cubes tombés du ciel, des autels et des prêtres annonçant du changement. Un cheval infernal à six pattes, un voile qui se déchire dans la liesse religieuse du moment.
Mais l'espoir, tel un cristal bleu qui se glisse dans la chair de la chair de celle qui l'a libérée, les nuages disparaissent, la pluie de sang avec elle, il faudra sans doute plusieurs semaines avant que l'herbe ne retrouve son vert d'antan, bien que les fleurs n'éclosent déjà devant ce soleil qui faisait défaut depuis déjà plus de quatre mois. La crainte de la famine s'amenuisant et les lycans hurlant à la lune, cette chère lune donc ils avaient été privés. L'Oracle prophétisant tout simplement de profiter des bons moments tant qu'ils durent, car la paix n'est jamais éternelle. Une nouvelle page se tourne.

Serez vous parmi les héros de demain ?


Avatar du membre
Shiany
Site Admin
Messages : 2774

Re: L'histoire

Message par Shiany » mar. févr. 25, 2020 4:00 pm



ElmoreAden connut enfin la paix tant recherchée par ceux qui s’étaient battus pour. Les graciens, divisés, s’entretuaient en gracia et même le Supérion quitta le ciel d’Onyx pour retrouver sa place à la cité Gracienne. Dans les cités occupées par l’empire, les hybrides suivaient les dernières instructions de leur prince en s’abstenant de faire des vagues.

L’Orientale renaissait de ses cendres par la bonne volonté de certains têtes du Cénacle et d’un marchand aussi riche que gras, La Forteresse d’Aurakia arborait son nouveau nom, ses nouvelles lois et son nouveau clan dirigé par les Vahlok, Le Bastion voyait un nouvel Alpha prendre sa tête avec la bénédiction de Murielle, Le temple de l’Unique prenait forme sous la direction de sa prêtresse Paenavia, Tandis que la cité des rouages elle multipliait les travaux d’agrandissements et de remise à neuf de la cité jadis abandonnée.

Le temple de Paagrio, représenté par son haut prêtre, était en quête de combats digne de lui. C'est par ce seul désir d'affrontement digne de ce nom que le haut prêtre décida de déclarer la guerre à Trasken au sein du sanctuaire de Maphr, découpant, arrachant, brûlant les tentacules et sacrifiant même des orcs corrompus en provoquant Trasken, incitant tout le culte de son dieu à purifier le sanctuaire.

Leurs efforts répétés ne tombèrent pas dans l'oreille d'un sourd, pour peu que Trasken ai des oreilles : Ce fut d'abord le grand nord qui trembla, puis progressivement les terres de plus en plus proches du sanctuaire jusqu'à ce qu'inévitablement... Trasken lui-même émerge au sein du sanctuaire de Maphr !
Dans un premier temps, suivant les ordres du haut-prêtre et encouragé par la Berserkir de Pa'agrio, les fidèles du dieu du feu assaillirent le grand ver ! Cependant la Bête tout comme les démons venus le protéger étaient bien trop puissants pour eux et les fidèles de Pa'agrio coururent au massacre, suivis par quelques fidèles de Maphr encouragés par leurs actions.

Le Vahlok Blanc intervint en plaçant Trasken, petit frère des dragons, sous la protection directe de l'Ordre Draconnique, poussant alors la Berserkir à retirer les fidèles de Pa'agrio du sanctuaire. Trasken désirait simplement faire repousser ses tentacules abimées et s'assurer que plus jamais personne ne chercherait à les faire disparaître de cette terre qu'il avait gagné, acceptant que les aventuriers viennent quérir les richesses de ses tentacules et leurs racines tant qu'ils n'en arracheraient pas la totalité et ne les brûleraient pas.

Le septième enfant de Shilen, bien raisonnable, n'eut cependant pas le loisir de faire repousser ses racines en paix : Des hordes de centaures, de minotaures et de Lycans très étranges se jetèrent à l'assaut de Trasken ! Et c'est au-dessus du carnage sans fin qui se tramait au cœur du sanctuaire que cinq voix s’élevèrent au travers un nuage d'énergie noirâtre, conséquence d'un puissant sortilège ayant visiblement pour cible Trasken. Qui donc était derrière cet assaut ? Certains murmurèrent le nom d'un certain Lavidos. Pendant des jours l'Ordre Draconnique et par moment d'autres aventuriers, dont les fidèles de Pa'agrio, vinrent défendre Trasken des hordes de créature qui l'assaillaient, les corps se comptant par millier... Mais au fil des massacres, les yeux de Trasken se firent plus vitreux et il se fit plus silencieux, incapable de communiquer, visiblement sous l'effet de l'envoutement des cinq voix dans le ciel.

Il y eut des affrontements, une histoire d'autels magiques et d'incantateur ainsi qu'un combat contre le dénommé Lavidos. Par on ne sait quel moyen, l'Alpha du bastion Lycan parvint à libérer les Lycans étranges du maléfice obscurcissant leur esprit. Il les mena lui-même au bastion où ils furent accueillis et soignés. De son côté, Trasken fut libéré de son envoutement et retrouva la parole comme la raison, les assauts de créatures jusque-là sans fin cessant brusquement. Le Grand Ver remercia celles et ceux l'ayant défendu et disparu dans les méandres de la terre, non sans avoir renforcé ses racines sur place.

Le monde retrouva sa paix précédemment interrompue...

Mais toute paix connait une fin et celle-ci pris fin sous le signe du Loup-Noir : Ne supportant pas la présence des graciens en un continent qui n’était pas le leur, cet ancien guerrier raviva les flammes du conflit en assassinant hybride après hybride, laissant menaces et avertissements sur son chemin, jour après jour au nom d’un clan naissant « Angel Damn ».

L’Empire jusque-là concentré dans ses luttes internes se résigna alors à déployer une légion en ElmoreAden afin de souffler cette révolte naissante, un dénommé Dorian, centurion gracien, fit alors parler de lui en réagissant par plus de violence encore aux actions du Loup-Noir, répondant à la mort des hybrides par la mort de civils innocents, envenimant le conflit au lieu de l’apaiser.

Lors d’une prise d’otage à Floran où Dorian chercha à piéger le loup-noir en échange de ces vies innocentes, celui-ci se manifesta et tua lui-même les otages, mettant le feu au village en essayant d’abattre le centurion, dévoilant que peu lui importait les vies des innocents, seul importait que les graciens souffrent et quittent le continent.

Cette opération se solda par la capture du guerrier, mais le destin devait en avoir décidé autrement puisque un incident inexplicable permis au loup-noir de s’évader : Pour la première fois, la Voix s’était manifestée.

Chuchotant aux oreilles des uns et des autres, un être que nul ne voyait commença à mettre les pions en place sur un échiquier à la taille du continent.

Cette voix guida ceux luttant contre les graciens vers un site proche de la mer des spores, là où des graciens bien curieux essayaient discrètement de percer les mystères de ce qu’ils appelaient un « sceau de pouvoir ». Angel Damn et ses alliés furent ravis de saboter les projets de leurs ennemis, offrant à cette Voix inconnue et les mystérieux mages qui l’accompagnaient l’opportunité de sceller ce sceau… Ou plutôt de se l’accaparer. Si le ciel devint rouge comme le sang, ce ne fut que temporaire : une victoire !

Découvrant que cette voix était celle de l’Unique, les aventuriers d’ElmoreAden ne furent que d’autant plus heureux d’aider cette originale prêtresse et son bienfaisant seigneur qui désiraient empêcher leurs ennemis de toujours de s’accaparer un pouvoir immense. Ainsi ils suivirent la prêtresse jusque dans les terres du chaos afin de devancer les graciens qui pourraient s’intéresser au sceau qui s’y trouvait. Mais les gardiens du lieu étaient puissants, clamant haut et fort que nul ne s’emparerait du sceau de la Destruction qu’ils avaient été chargés de garder. Si les aventuriers en eurent raison, ce ne fut pas sans mal, ni sans dissension : Un guerrier, Vahlok de la forteresse, mettait en doute la bonne foi des mages et de la voix les guidant. Était-ce car une voix mystique avait décrété que c’était une bonne chose, que c’était forcément la chose à faire ? Certains affirmèrent que oui.

Même si certains se rallièrent à sa cause, la dissension et les efforts du Vahlok pour gâcher cet évènement furent insuffisants et une fois de plus, un sceau fut pris par les mages et la Voix. Le feu embrasa un ciel de sang, projetant ici et là sur le monde des colonnes de flammes. Mais les dégâts furent mineurs et le ciel retrouva ben vite son état normal, alors tout allait bien. Les graciens n’auraient pas ce sceau là non plus !

Loin de perdre en motivation, les graciens décidèrent de réagir aux massacres des leurs en frappant à la cité Orientale, terre Natale du Loup Noir qui s’était vanté d’en être originaire face à Dorian quand il pensait le vaincre à leur première rencontre. Après l’annonce d’une attaque portée par les cadavres morts-vivants d’Orientaux innocents, Dorian espérait forcer le loup-noir à se montrer pour l’attraper, ou les siens à le livrer pour épargner la cité. Mais le Loup-Noir ne se présenta jamais. Cherchant alors le conflit au cœur de la cité Orientale, Dorian ne trouva là aucune résistance ou aucun membre du Cénacle pour la défendre face à eux. Menaçant de faire un carnage tandis que ses soldats abimaient la ville sans créer de réels dommages, seuls quelques curieux étaient venus observer la scène, se défendant d’être originaires de la ville et de pouvoir parler en son nom. Ce n’est que l’arrivée de la fille de la reine, accompagnée de représentants de l’Ordre Draconnique, qui mit fin au saccage et aux menaces. Elle négocia le bannissement du Loup-Noir en échange de la paix pour sa cité et les graciens repartirent satisfaits.

Quelques jours plus tard, la princesse confia la ville à celle qui fut tavernière puis intendante. Une nouvelle reine était là pour Orientale.

Le Loup-Noir fut banni d’Orientale, il ne menaça plus l’empire gracien et on ne le revit plus. Les graciens restèrent malgré tout agités, plus violents qu’auparavant dans les villes occupées, les incidents impliquants des hybrides au dépend des citoyens se faisant plus nombreux comme à la cité des glaces où plusieurs nains furent exécutés pour avoir dérangé un hybride, provoquant l’indignation de certaines personnes de passage qui traitèrent les graciens de tyrans… Ils ne contestèrent pas, mais passèrent tout de même à tabac ceux qui protestaient contre leur politique.

Dans le même temps une étrange jeune femme commença à se manifester en Aden, d’abord discrète puis bien moins au fur et à mesure que les jours avançaient : Elle prétendait s’appeler Maena Cadmus, héritière légitime du royaume d’Aden, nourrissant naïvement le projet de restaurer Aden, méfiante envers l’Unique comme envers les Graciens… et les graciens, eux ne chômaient pas.

Dans le ciel, des navires graciens patrouillaient tout le continent en quête d’une chose qu’un autre trouva avant eux : La prêtresse de l’Unique, ses amis, ses alliés et une cornue aux cheveux roses rejoignirent les forces de l’Unique pour libérer le dernier sceau dans les terres Sombres et marécageuses. Une fois de plus les démons surgirent pour empêcher que qui que ce soit ne s’empare du sceau. Pendant que les aventuriers se battaient contre les démons, la magie du sceau se déchainait partout dans le monde et des morts-vivants se mirent à émerger de terre, assaillant les cités, cherchant à dévorer tout ce qui était vivant.

Les démons furent vaincus mais ce furent aux graciens de prendre la relève, leurs navires de plus en plus nombreux envoyant au sol des unités par centaines pour essayer d’arrêter les aventuriers et les mages de l’Unique. Quand leurs derniers navires arrivèrent, il était trop tard : Un vortex géant s’ouvrait dans le ciel pour absorber la magie du sceau, dévorant en même temps les navires dans le ciel tandis que les serviteurs de l’Unique se joignaient aux aventuriers au sol pour combattre et éliminer les graciens. Le tribun de la légion, un orc nommé Labidavilisk, vint lui-même au sol confronter les aventuriers… Mais il fut vaincu et laissé pour mort.

Chaque ville avait souffert de l’assaut des morts-vivants, et si ceux-ci s’étaient écroulés après que le vortex de l’Unique ai dévoré le pouvoir du sceau, ils laissaient derrière eux leur lot de cadavre. Pourtant, sans aucune explication, dans les jours qui suivirent les hommes et femmes morts dans les villes revinrent toquer aux portes de leurs villes, nus et sans souvenir de la soirée funeste : Un véritable Miracle ! Mais quelle divinité était à remercier pour celui-ci ? Une voix soufflait que c’était l’Unique…

L’ensemble des sceaux avaient quitté ce monde, selon certains à l’abris de toute convoitise, selon d’autres entre des mains bienveillantes… Et selon les derniers entre les pires mains qui soient. Toujours est-il qu’aucune apocalypse ne semble avoir frappé le monde pour le moment… Les fameux « Sept Sceaux de Shilen » auraient-ils disparus à jamais ? Qu’en était-il des quatre autres que certains disent déjà disparus depuis longtemps ? Seul l’avenir le dirait. Toujours est-il que les graciens ne mettraient pas la main dessus au moins.

Pendant ce temps, à la Forteresse d’Aurakia, une nouvelle cérémonie eu lieu dans le but de laisser se réveiller la dragonne. Visiblement, les habitants croyant dur comme fer aux légendes. La cérémonie cette fois eu lieu en deux endroits différents, mais pourtant si semblable. Des Vahloks se trouvant dans le songe tout autant que dans le monde réel pour ce faire. Parait-il que les marqués des dragons reçurent un message, message qui semble n’avoir toujours pas porté ses fruits. La vision fantomatique d’un cheval à six pattes fut confirmée, tout autant que celle d’un dragon fantomatique.


Non loin de la Cité d’Oriental, le corps d’une femme blonde fut repêché dans la rivière, prétextant venir d’un vortex, et donc d’un autre monde. Elle fut ramenée à la cité pour être séchée et nourrit avant qu’elle ne quitte précipitamment la cité Orientale sous les menaces d’un nain. Celui-ci devenu hargneux et méfiant en apprenant que la femme était gracienne. Elle disparue au loin, certains dirons qu’elle se serait écroulée à la cité Nécrotique, là, ou des hybrides, à la vue de l’armure gracienne, l’aurait tout simplement rapatrié a Keucereus.

Les effectifs des graciens en ElmoreAden ayant souffert de lourdes pertes lors de la Bataille du Sceau, ceux-ci semblèrent entrer dans une période d’inactivité. Ils avaient perdu la course au sceau et le gros de l’empire était toujours en plein conflit interne, aussi, et malgré des renforts obtenus par Labidavilisk qui était finalement encore en vie, les graciens se firent plus discrets et plus calmes, cela allant de pair avec la fin des provocations à leur encontre.

Ce fait ne fut troublé que par l’impertinence d’un nain qui, refusant de ranger sa canne à pêche devant un hybride, décida de tuer l’hybride qui manqua peut-être légèrement de tact. Attrapé pour son méfait, le nain fut arrêté et mis en vente aux enchères de la cité Gracienne en tant qu’esclave. Racheté par la prêtresse de l’Unique et ami avec les orientaux, il ne tarda pas à leur attirer des ennuis quand il recommença ses méfaits contre l’empire. Cependant cette fois-ci quand Dorian vint accompagné de quelques hybrides aux portes d’Orientale, il fut accueilli par les Orientaux et leurs alliés avec des armes et de la magie. Les graciens furent repoussés mais le centurion rageur fit mander pour venger son humiliation un navire gracien ainsi qu’une troupe d’élite afin de réduire en cendre la ville et faire venger son humiliation.

A son retour aux portes de la cité il eut cependant la surprise de trouver l’officière gracienne Dayos proclamant la ville sous sa protection et celle de ses hommes avec l’accord de la reine locale. Dorian fut forcé de ronger son frein et de repartir d’où il venait, bien que visiblement toujours enragé par son humiliation.

Des hybrides étranges, fruits du travail de Dayos, prirent alors place aux portes d’Orientale afin de prévenir d’un éventuel retour du centurion mécontent, protégeant la ville sous les ordres de Dayos elle-même.

A la cité d’Aden, la fameuse héritière légitime décida d’entrer en action afin de purifier sa ville natale de la présence démoniaque des démons s’y trouvant. Dans un sortilège de lumière fantastique mené depuis le château de la cité, elle fit lever une sphère de lumière incandescente dans les cieux, affaiblissant les forces démoniaques en ville et forçant les démons jusque-là cachés à se manifester. Dans le même temps, des légions d’anges descendirent du ciel pour répondre à l’appel de Maena Cadmus, celle-ci invitant mortels comme immortels à venir combattre les démons et leur corruption afin de rendre à la cité sa beauté et sa vie d’antan ! A l’inverse, le démon Mezesphaiël fit résonner sa voix dans le sol de la cité, offrant à ceux qui massacreraient les anges la promesse de richesses matérielles.

Pendant une dizaine de jour, ange et démons s’affrontèrent, des aventuriers et héros choisissant leur camp dans ce combat. Les anges maîtres du château et des jardins de la ville affrontèrent vaillamment les démons fortifiés dans la ville en elle-même… Cependant, les démons obtinrent plus de soutien de la part des aventuriers et parvinrent à prendre l’ascendant sur les anges, envahissant les jardins mètre après mètre.

Finalement, une issue tragique vint clôturer cette bataille. L’on évoqua d’abord une attaque sur l’héritière et le vol du précieux et puissant collier magique qu’elle portait à son cou, affaiblissant la sphère de magie dans le ciel et offrant encore plus d’avantage aux démons. Deux jours plus tard, elle fut retrouvée crucifiée sur les portes du château qu’elle avait occupé et sa mort provoqua l’avancée des démons dans les jardins qui purent ainsi massacrer humains et ange, torturant ceux-ci des plus ignobles façon pour fêter leur victoire. Désormais, les démons étaient maîtres absolus de la cité et semblaient ressortir grandis de cet affrontement.

Le corps de Maena fut récupéré par une cornue aux cheveux roses et pourtant remis à qui de droit pour lui offrir une sépulture dans les cimetières d’Aden, une tombe y trônant aujourd’hui. Quand aux humains torturés par les démons, cette même cornue les fit libérer contre monnaie sonnante et trébuchante auprès des démons, rapatriant ces soldats mal en point jusqu’à la Forteresse d’Aurakia où ils furent choyés et soignés jusqu’à retrouver toutes leurs forces et leur santé mentale, la plupart d’entre eux semblant s’installer à la forteresse qui les avait recueillis pour le moment. Certains diront que des démons seraient derrière la mort de l’héritière, d’autres qu’elle s’était faite de puissants ennemis, et d’autres encore qu’elle eût trop d’ambition pour une si petite tête. Pourtant, la mort de l’héritière sembla en attrister plus d’un.

Et puis un banquet fut organisé au château de la Cité gracienne. Et les esclaves et les civils sont invités, surement un piège, mais qui l'humaine blonde aux yeux violets pourrait-elle avoir envie de piéger ? Chose sure, tous et chacun, même les mendiants, se seraient vu remettre une invitation. Qui osera venir dans cet enfer ? Un banquet tout en musique dans un décor grandiose, sans puritanisme, sous les auspices d'un énorme vortex. La liqueur coulait à fond tout autant que les discutions. Tellement que bien peu se rendirent compte des portes qui se refermaient peu à peu pour garder l'endroit le plus clos possible. Le combats dehors commençaient déjà à faire range et pourtant bien peu entendirent ceux-ci.

Ce fut l'annonciation, le conseil Gracien avait statué sur la trêve présente actuellement. C'est devant tous les convives que la fin de la trêve fut annoncée, prédisposant à un piège et un massacre en règle des invités. C'était sans compter le vortex vrombissant qui laissa passer plusieurs hybrides violacés. Les combats furent très courts ... et le seul qui eu le temps de pousser un cri en se levant finit la tête tranchée par Labidavilisk.

En quelques secondes à peine, le conseil Gracia gisait dans son sang, alors que Labidavilisk criait bien fort

''Gloire à la nouvelle Impératrice''

Un coup d'état proprement mené, les cités tombaient une à une, sauf la cité Nécrotique qui semble toujours résister à l'envahisseur. Pour certains, c'était à cause des nécromanciens, pour d'autres une question de potion magique tandis que d'autres annoncent la potentille présence de Dorian au coeur du château.

L'on retrouva malheureusement le corps d'un homme à l'étage, visiblement il aurait bu du vin empoisonné sur la mauvaise poitrine. Un pauvre homme finit piétiner par un carrosse qui quitta la cité, trop pressé d'évacuer. Il est encore à ce jour, non identifié. Les cadavres des six membres du conseils pourriraient au soleil entre la cité et le château. Un avertissement ? Mais à qui ?

Un nouveau règne Gracien débutant, plus doux que l’ancien, malgré l’ombre de Dorian se rebellant en tenant sous son joug la cité Nécrotique. La douceur ne semblant pas donner plus que la cruauté, il ne fallut guère de temps pour qu’un hybride pacifié ne fut étripé sans qu’il ne rende aucun coup. Non plus de temps pour que certains magouillent dans le dos de la blonde sous couvert de montrer pattes blanches. Peut-être ont-ils oublié qu’un Gracien ne se laisse jamais marcher sur les pieds ? Le prix ne sera peut-être pas à leur goût. Aden attisant la convoitise, plusieurs semblant chercher à négocier avec l'avarice elle même, prenez garde, leur but est tout de même d’en tirer le maximum.

Répondre