Le vampirisme

Modérateur : Kuma

Répondre
Avatar du membre
Shiany
Site Admin
Messages : 2775

Le vampirisme

Message par Shiany » mer. juin 10, 2020 6:23 pm

La description la plus commune du vampire est celle d’un homme, très mince et d’allure aristocratique, vêtu de noir et drapé d’une immense cape flottant au vent… Doté d’immortalité, il est élégant, racé et terriblement attirant… Fascinant et charmeur, il a un goût prononcé pour les belles femmes, de préférence jeunes et vierges. Son regard intemporel est hypnotique, nul ne peut résister à sa volonté, et son sourire rare et glacé révèle, si l’on s’y attarde, deux canines exagérément longues et pointues. Ses ongles de nacre sont aiguisés et crochus, et sa peau d’une sophistiquée pâleur éthérée, sauf après ses repas, bien entendu, où celle-ci recouvre alors quelques couleurs…

Isolé dans un sombre château, le vampire dort communément dans un cercueil d’où il ne peut sortir qu’une fois la nuit tombée. Il est fréquemment assisté d’une quelconque âme damnée qui lui tient lieu de serviteur dévoué et veille à tous les problèmes d’intendance pendant le sommeil de son maître. Le vampire craint, entre autres, la lumière du soleil, l'eau bénite et les pieux bien aiguisés. Une lame pourrait bien le démembrer aussi, soit dit en passant. Les vampires solitaires sème terreur et désolation parmi les populations des villages isolés, rôdant dans les landes, les sombres forêts, les montagnes et plus récemment dans les ruelles froides des grandes cités.

Pouvant parfois montrer quelques états d’âme ou quelques sentiments, le vampire est dénué de tout sens moral, il suit ses propres règles, et tue sans pitié pour s’abreuver du sang de ses innocentes victimes mortelles. Il est le meilleur auxiliaire de son insatiable maîtresse, la Mort. Mais là n’est pas sa pire ignominie car il peut également transformer ses victimes en des créatures à son image, leur offrant la damnation d’un funeste baiser.

Ce portrait, volontairement sommaire, ne décrit en rien tous les vampires. Il vous faut oublier toutes ces caractéristiques pour découvrir, à travers les nombreux témoignages qui sont parvenus jusqu’à nous, l’univers beaucoup moins romanesque des vampires qui hantaient autrefois les campagnes et l’esprit des hommes.

Un vampire est immortel, mais pas invincible. Ce n’est pas non plus un mort-vivant, même si ses fonctions biologiques sont vestigiales. En fait, on peut comparer le vampire à un arbre : si rien ne l’abat et qu’il obtient une quantité suffisante de nutriments, il continuera de vivre pour toujours.

Un vampire ne transforme pas forcément sa victime. Il ne le fait même que très rarement, si c’était le cas, le miracle serait qu’il reste encore des humains dans ce monde.

Un vampire n’est pas forcément beau ou intelligent — ou même futé. Par contre, il est toujours très puissant par rapport à un humain. Certains vampires sont d’une telle bêtise qu’ils ne doivent leur survie qu’à leurs immenses capacités physiques.

Un vampire vieux est un vampire discret. On ne reste pas en vie pendant des millénaire en faisant toujours du bruit et en se faisant des ennemis.

Tous les vampires, ou presque, descendent de la malédiction des Von Hellmann. Les vampires plus anciens arrivant même à supporter un peu de soleil avant de se faire brûler. C'est pourquoi un rituel siège en permanence dans le ciel de la Cité Vampirique, protégeant les vampires du soleil.

Seul le sang des morts leurs est mortels, boire la dernière gorgée après que le coeur ait cessé de battre leur est fatal. Le sang de lycans leur est souvent mortels, mais juste à l'odeur ils savent très bien que ce n'est pas comestible pour eux. C'est ce qui vient à bout des jeunes vampires assez rapidement. Ils sont affamés et ne savent pas quand s'arrêter. Beaucoup de vampires usent de serviteurs qui leurs offrent leur sang régulièrement, leur évitant d'avoir à chasser. Le sang des créatures anciennes leur est fade, plus la proie est jeune et meilleure c'est. Beaucoup vous dirons apprécier les vierge et les anges au petit déjeuner d'ailleurs. Ils ont tendance à choisir des proies jeunes. Bien que tous les goûts reste dans la nature. Certains trouveront le sang démoniaque un peu épicé, le sang d'elfe trop fade ou celui des Ertheia avec un petit goût de jeunesse éternelle. Comme dans tout, chacun y trouvera son compte.

Certains vampires ne laisseront jamais leurs proies vivres, d'autres boiront du sang en bouteille ou même celui des animaux. D'autres n'attaquerons que les criminels. La personnalité de la personne avant vampirisation y étant pour quelque chose.

La vampirisation est en général consentie par la proie, celle ci, aux portes de la mort, recevra le funeste baiser, nommé ainsi parce que le vampire se mort la langue avant d'embrasser sa victime, mais trêve de romantisme. La plupart s'ouvre simplement le poignet pour donner à boire à leur victime après l'avoir presque entièrement bue. D'autres, devant la détresse de la mort de l'un de leurs proches, les feront infants. Terme donné a leurs 'enfants'. Quelques un se retrouve vampirisé par erreur, s'étant débattu lors de la vampirisation et ayant blessé le vampire, ils recevront une goutte perdue entre leurs lèvres pendant leur agonie et se réveillerons seuls morts et affamés.

Le premier sang est la première fois ou un vampire se nourrit sur un être vivant c'est souvent bestial et souvent fatal. Le vampire apprenant a se contrôler ou pas sur la durée.

Certaines familles de vampires ont su émerger sur le temps, toujours dans l'ombre des Von Hellmann.

Il est très mal vu des vampires de vampiriser des enfants, causant des tords psychologique à ceux ci lors de leur murissement. La plupart sont des accidents et souvent ils sont tués pour éviter le carnage par la suite.

Répondre